Voici un des éléments de la campagne du « Manifeste de la Mère Denis », qui consiste à faire une fausse campagne de « lavandières » dans le métro, qui enlèvent les vêtements des « pauvres » usagers de la RATP.

- Agressif

- Mal joué : « Hého, c’est ma chemise, ça ! »

- Mal faké : pas du tout crédible comme vidéo amateur faite au téléphone portable.

- « Gueulard ».

LE GANG DES LAVANDIERES, ICI

A côté du faux « happening », on a une vidéo qui mélange les symboles (chez Fagor on fume tout ce qui nous tombe sous la main : carton, stabylo, et même la moquette). Vous découvrirez l’entièreté de mon propos en regardant la vidéo suivante, parfaite symbiose (haha) entre le générique de Star Wars et la campagne au petit matin avec perles de rosée et cui-cuis attendrissants. Quand Fagor ne rime pas avec Vador…

Image de prévisualisation YouTube

Un bon récapitulatif de toutes les choses à ne pas faire si on veut réussir son lancement. C’est certes original (quoique), mais vraiment très brouillon. Flapi-flop donc, pour le groupe Fagor-Brandt qui essaie de relancer le personnage fétiche de la vieille dame aux enzymes, avec, curieusement, une tentative de positionnement « bonne vieille lessive d’antan » + « écolo-responsable », ce qui, personnellement ne me semble pas très cohérent. Le marketing viral a été fatal à la vieille dame, qui avait pourtant réussi à se retirer paisiblement du marché. Vintage oui, Grand-âge, non.