En cette fin de mois d’août, un air de rentrée plane dans l’atmosphère : il est grand temps de s’intéresser aux tendances de mode que les créateurs ont choisies pour l’hiver. Alors pour commencer cette série de revues stylistiques, focus sur le rétro 50′s et 60′s. Il  prend différentes formes selon que l’on évoque Louis Vuitton ou Prada, mais sa portée, a priori fortement réduite du fait de looks parfois très vieux-jeu, saura atteindre  les plus réticentes d’entre nous, en grande partie grâce à l’ingéniosité de notre espagnol préféré, j’ai nommé Zara.

Marc Jacobs pour Louis Vuitton a signé une collection placée sous le signe de la sensualité, n’hésitant pas à rappeler sur le catwalk nombre de mannequins reléguées aux sièges des frontrow (vive les anglicismes) à commencer par Laeticia Casta et Bar Rafaeli. C’est dans une ode à la féminité qu’il célèbre les formes, ouvrant les décolletés (enfin remplis) et marquant la taille, presque à la manière des corsets que Coco Chanel s’était acharnée à faire disparaître.

-

N’allant pas jusqu’à les réhabiliter, Louis Vuitton crée une garde robe qui aurait parfaitement convenu à Bardot dans Et dieu créa la femme, et qui fera le bonheur des secrétaires de Mad Men (dont la sulfureuse Joan Holloway) : des jupes très évasées longueur mi-mollet comme on en avait rarement jamais porté, associées à des escarpins à noeuds plats auxquels on prédit un hiver prospère.

Louis Vuitton F/W 2010-11

L’inspiration 50′s ne s’est pas arrêtée là, puisque Miuccia Prada en a usé également. Lunettes rétro et larges bandeaux pour cheveux (clin d’œil supplémentaire à Bardot) constituent des accessoires à même de féminiser nos tenues urbaines, si l’on opte pour un état d’esprit décalé, non sans humour.

Prada F/W 2010-11

En ce qui concerne les tenues, Prada a puisé dans ses archives pour revisiter ses classiques, une bonne stratégie en temps de crise. C’est ainsi que jupes lignes A, épais chandails et pardessus sont traités avec modernité grâce aux mix de couleurs et de matières.

Prada F/W 2010-11

Enfin, Marc Jacobs (pour lui-même cette fois), confirme cet esprit vintage. Connu pour faire couler l’encre des journaux, le créateur entame un tournant en signant une collection dénuée de toutes fioritures. Il revendique un certain conservatisme dans sa nouvelle démarche, et clame vouloir revenir à la fonction première du vêtement: habiller. On ne verra donc pas cet hiver ses jeux de superposition, ou autres perruques afro, « clin d’œil » aux extravagantes 80′s. Sans se focaliser sur une décennie en particulier, on note toutefois plusieurs références aux 50′s, comme les lignes épurées des modèles, les plissés subtils ainsi que les longueurs des manteaux sur les jupes.

Marc Jacobs F/W 2010-11

Tout cela aurait pu se cantonner à remplir les magazines et vêtir les rédactrices de mode, si Zara n’avait pas ajouté son grain de sel « modesque ». A la différence du suédois H&M manquant trop souvent de subtilité et de goût lorsqu’il s’agit d’adapter les looks des podiums pour le commun des mortels, son concurrent espagnol excelle dans cet art. Si les bureaux de styles de la marque ne sont pas allés jusqu’à reprendre mot pour mot les looks 50′s de Vuitton et Prada, ils nous ont en revanche savamment concocté des tenues rétro mais trendy à souhait, dans la lignée de celles de Marc Jacobs. On succombera donc aux longues jupes habillant des mailles torsadées très cosy, ainsi qu’aux vestes en molletons qui nous réchaufferont tant par leur matières que leur couleur chocolat.

Zara F/W 2010-11

L’hiver sera donc résolument rétro, ce qui concorde avec l’environnement socio-économique de crise : Quand les temps sont durs, nul ne souhaite s’aventurer vers des tendances extravagantes (sur lesquelles nous nous feront un plaisir de revenir, pour rigoler un peu). La mode suit le monde dans lequel elle évolue, et s’adapte au désir de retour aux lignes épurées, sobres, tout en les rendant attrayantes.

Prochain épisode de la rentrée de la mode, la tendance rockabilly.