Drôle d’époque que celle où l’on fait les bébés de plus en plus tard, et où l’on aimerait surtout les faire de plus en plus beaux, de plus en plus intelligents, de plus en plus matures et parfaits, dès le berceau.

Quelle angoisse en effet de devoir éduquer un petit être, le nourrir, le protéger, l’éveiller au monde qui l’entoure… Mais cette lourde responsabilité n’est rien à côté de la tâche titanesque qui incombe à tout parent hype qui se respecte de nos jours : transmettre à son cher bambin le style sûr et avisé qui en fera un digne héritier, ou du moins, sauver les meubles et éviter que le rejeton ne sombre dans les tréfonds du mauvais goût.

Heureusement, Marie-Claire Enfants est arrivé ! Sorti le 25 mars, le premier numéro de ce magazine s’adresse à une cible auparavant oubliée (la pauvre…) : celle des mamans  « d’enfants de 3 à 12 ans » (je cite), « citadines » (je cite à nouveau), « trentenaires », et « CSP+ ».

Au menu : une mise en page élégante aux couleurs pop sur papier glacé, des shootings à l’esthétique ultra-léchée et aux mises en scène  néanmoins douteuses (à base d’adulte maquillé en clown portant des petits enfants étrangement attifés qui ressemblent davantage à des mannequins déjà rodés aux catwalks), d’imposantes pages de pub pour marques de prêt-à-porter de luxe version bambino, des conseils de sorties et activités bricolages toujours plus fantasques (élever des papillons des champs ou encore fabriquer une tasse avec des radis congelés), et… une interview du papa le plus en vogue du moment, j’ai nommé Johnny Depp. Le tout servi sur un ton rigolo-mais-sérieux.

Voilà de quoi rassurer et secourir les géniteurs inquiets quant à la croissance de leur chère marmaille, cette dernière ne leur fera pas honte dans les cours de récré…