Avant de commencer, sachez que Les Archivistes ne sont pas allés rencontrer la tête pensante de My Future Ex-Boyfriend pour cette interview. On ne lui a pas non plus demandé d’où venait le nom de son groupe/crew/collectif ni ce qu’il pense du dernier clip de Rihanna.

Malgré tout, il y a dans cette interview par e-mail un certain intérêt puisqu’on y parle d’une approche créative plutôt originale. En plus de ça, on utilise des mots cool comme « sublimation » ou « transcendé ». Voilà pour le teaser et si vous voulez enfin comprendre quelque chose à cet article, passez à la ligne suivante.

Les Archivistes : Apparemment ce qui définit avant tout My FEB c’est sa philosophie : faire oublier l’artiste face à l’œuvre. Peux-tu nous en dire plus sur le sujet ?

My FEB : Tout à fait, l’idée c’est de créer à plusieurs avec une façon de faire assez ouverte. Lorsque l’on a pu composer sur d’autres projets, et c’est un ressenti que l’on partage avec d’autres artistes, il y a quelque chose qui peut être un peu « fermé » et pas forcément propice à une création en phase avec la vitesse de l’inspiration. Tu travailles un peu en mode « solo » avec un crew ou tes machines, tu captes des influences mais qui s’avèrent figées. Car en fait, si on saisit la chose, tout ce que l’on écoute ou tout ce que l’on peut échanger même sur la toile, a un temps de maturation. Chaque œuvre a déjà été inspirée, pensée, composée, réalisée.

Ce parti pris de My Future Ex-Boyfriend de travailler à plusieurs, de créer à la source de l’inspiration de sorte à être sur une intuition, des trajectoires, des brouillons, nous permet de toujours nous rapprocher de l’instant. Plus on est dans l’instant, plus la création est vibrante et en relief avec un vrai truc. Le morceau se déconstruit et se reforme dans un mouvement organique et éclaté, il s’émancipe et devient une œuvre autonome. Un autre aspect qui concerne la création dans un espace collectif, c’est la confrontation. Les ricochets et les ruptures des interactions sont très féconds, il en ressort d’autres coloris, des nœuds créatifs originaux. Ces dissonances changent le caractère des morceaux, les transforment.

 

 

L.A : J’avais lu une interview de Danger où il disait qu’au contraire les artistes allaient de plus en plus se diriger vers la création d’avatars (comme ont pu le faire les Daft Punk, Deadmau5 et autres Bloody Beetroots). Qu’est-ce que tu penses de ce concept ?

My FEB : Pour My Future Ex-Boyfriend c’est la première fois que l’on taffe comme ça. En musique t’as les impros et les remixes qui permettent d’élargir le champ de créativité. Mais en fait, pour les impros les musiciens sont limités par leurs réflexes et l’usage de l’instrument et pour les remixes ils travaillent déjà avec une structure et ne sont pas à l’échelle de l’inspiration originelle de l’œuvre. Notre concept, c’est de se retrouver au niveau maximal de créativité. Pour des lignes éditoriales super fortes comme Kavinsky, Danger, BBR je ne peux pas dire. Peut-être que ce sont des créations très personnelles, plus instrumentales, l’identité est donc très forte et le positionnement de l’artiste est influencé dans ce sens. On est sur une sublimation de l’individu au travers de son art. Vincent Belorgey est Kavinsky en tant qu’individu transcendé par sa musique. Perso j’aime bien cette idée. My FEB c’est une autre manière de créer, c’est intéressant d’avoir plusieurs démarches.

-

L.A : Du coup est-ce que vous comptez vous produire en live et, si oui, comment allez-vous gérer ça ?

My FEB : Avec d’autres artistes on a commencé à questionner le live en éclatant la scène, renversant les interprètes. Un des derniers trucs qui m’a scotché c’était une créa de Vandekeybus avec Déus ou encore Cinema Fury du Big Art Group (Caden Manson). Certes, on n’est pas sur la même énergie mais ce mouvement perf-live qu’avaient amorcé le Blue Man Group c’est tellement séduisant. En gros, ce serait quelque chose d’ouvert, axé sur quelques events ou mini performances. On veut un truc réjouissant, facile et très déconnecté de l’exécution live. Je ne vais pas dire qu’on va le faire en mode MGMT au Grand Journal, mais à voir…

http://www.youtube.com/watch?v=Hoalcf324Q4">http://www.youtube.com/watch?v=Hoalcf324Q4/0.jpg" alt="Image de prévisualisation YouTube" />

-

L.A : Bon pour pas que tu t’énerves on va quand même parler un peu de la musique. L’EP est sorti en novembre et on y trouve 3 titres électro très en phase avec ce qui se fait actuellement. Est-ce que vous aviez des inspirations ou des aspirations particulières pour cette première sortie ?

My FEB : Le plaisir. L’ambition de ces créations est d’avoir du mojo téléchargeable. Oui, on voulait faire des tracks qui dégoulinent, des trucs pepsi . Après faut voir les ressentis et les préférences. Soul Touch est un titre dancefloor avec des basses distordues, des synthés éthérés et une voix féminine nonchalante et aguicheuse. Ça a été notre première création.

Sex On the Beach est un ovni électro-funk avec un groove drum que j’adore,  je trouve que c’est un petit bijou énergétique. Rainbow Playground est plus pop-rock, plus poétique, c’est un morceau qu’on a créé et remodelé avec six artistes.

-

L.A : Niveau promotion vous avez pas déconné, un clip et une grosse soirée de lancement dès janvier. Comment ça se passe pour organiser tout ça quand on est un collectif tout neuf ?

My FEB : Au contact. On y va on se pose pas de questions. La réalisation du clip s’est faite avec des artistes impliqués dans le projet.  Et c’est toujours sympa de se faire une petite teuf histoire de fêter les créations! Pour les moyens, on se débrouille.

-

L.A : Et vous prévoyez quoi pour la suite ? D’autres évènements promo ? Agrandir le collectif ?

My FEB : On va continuer de faire des events, diffuser les créations, produire quelques morceaux encore et peut-être penser à un live. On a une date qui se profile le 23 septembre au Cargö et l’équipe programme le festival électronique Nordik Impact. In-fine, effectivement, c’est une bonne dynamique que le collectif évolue, croisse et se transforme. On est très ouverts à ce niveau là.

Le myspace pour ecouter l’EP encore super-confidentiel.

http://www.myspace.com/myfutureexboyfriend