Peu de personnes savent ce qu’est un QR code. Pourtant vous croisez probablement chaque matin d’étranges code-barres au pied de certaines affiches publicitaires dans le métro.

Le QR code (QR pour Quick Response) nous vient tout droit du Japon et est un code-barres en 2D inventé au début des années 2000 et capable de stocker diverses informations. Ce qu’il a de magique, c’est qu’il permet de recréer à lui tout seul une véritable interaction avec le consommateur. En effet, lorsqu’un individu est séduit par une affiche, libre à lui de la scanner avec une de ses applications afin de découvrir un contenu masqué. Le QR code peut directement vous diriger vers le site de la marque, mais aussi vers une photo de la campagne ou même, vers une vidéo évènement…

C’est ce que Calvin Klein a choisi pour le lancement de sa campagne Calvin Klein Jeans aux États-Unis. En diffusant un QR code dans New York et sur Sunset Bd, la marque a cherché à contourner la censure par un QR code géant qui dirigeait directement les amateurs vers une vidéo publicitaire un peu osée:

Image de prévisualisation YouTube

En dépit des multiples utilisations que l’on voit pulluler aujourd’hui (constatez à titre d’exemple que TOUTES les informations de la ville de Suresnes utilisent des QR code et qu’il en est de même pour la plupart des annonces de la CFDT…) les QR codes sont un moyen simple d’obtenir des informations sur ce qui nous intéresse. Les musées par exemple, utilisent de plus en plus ces QR codes pour accompagner les légendes. Ainsi, les légendes détaillées des œuvres exposées sont accessibles sur le Smartphone et peuvent être conservées pour un retour à tête reposée…

Comme pour la réalité augmentée, dont l’ingéniosité a été vivement saluée à ses débuts puis est retombée dans l’anonymat le plus complet (on pense aux campagnes Mini, à la Sekai Camera de Tonchidot…), le QR code ne semble pas trouver la résonnance qu’il mérite en France alors qu’il s’agit d’une technologie dorénavant standard chez nos insulaires d’outre-pacifique. Pourquoi ?
Et bien si vous avez bien lu, le mot STANDARD est sans aucun doute la réponse ! Et c’est bien ça le problème… en France (et aux Etats-Unis aussi si on en croit certains bloggeurs), il n’existe pas de norme pour la lecture des QR codes (aussi appelés Flashcodes dans notre beau pays de la baguette et du béret), si bien que chacun développe son lecteur et ses codes et aucun moyen de lire correctement ce que font les autres… Sur iPhone, on compte près d’une quinzaine de lecteurs sans qu’aucun ne permette une lecture universelle de ces codes matriciels. L’utilisateur étant souvent plutôt frileux et surtout incroyablement flemmard, on comprend donc aisément que la perspective d’un procédé de lecture complexe l’ai fait reculer.

A quand un lecteur de QR codes complet, un Stanza du code-barres, qui nous permette de profiter du procédé ? En attendant on se contentera de s’imaginer ce que ces petits carrés peuvent bien avoir à nous dire…

Pour en savoir plus, un petit article de Mobile en France