Non, ce carnet du D.A. n’est pas ouvertement écolo, même si packaging et textile sont au menu ! Plus que du recyclage, c’est de transformation dont nous allons parler et d’un sentiment de progrès qui transparaît dans les initiatives créatives qui ont retenu notre attention en 3Ps (Pack/Produit/Pub).

Ce mois-ci on tire notre chapeau à ces marques qui ont choisi, à raison, de sublimer simplement leurs productions à défaut de ré-enchanter notre quotidien à coup de poudre aux yeux…

Cette année, le packaging se veut plus intelligent, plus écolo et plus fun que jamais. Nos traditionnels sacs, supports de communication n°1 des retailers et autres marques ayant pignon sur rue, ont quasiment tous passé le cap de l’eco-friendly. Que l’on aille chez Picard, Carrefour, Monoprix ou même la Fnac, les sacs en plastique ou toile réutilisables sont légion et parfois même obligatoires. Ce ne sont pas ces derniers qui nous intéressent aujourd’hui, mais on salue l’intelligence marketing de marques comme The Kooples qui proposent, pour chaque achat, des sacs en toile à leur nom  réutilisables en guise de shopping bag, que les filles s’empressent de ressortir à toutes les occasions…

Ce qui a retenu notre attention, ce sont ces packaging dont les fonctions ne se résument pas à leur utilisation primaire. Comble du réutilisable et du recyclable, le Never Wasted Bag de LEE en est le parfait exemple : un shopping bag qui peut devenir, d’un coup de ciseau, une règle, un calendrier, un vide-poche, une pochette, un marque page, une paire de lacets de rechange… En plus de réveiller l’enfant fan des découpages qui est en nous et d’offrir une panoplie en carton d’articles brandés, ce type de packaging titille notre Mac Gyver interieur et nous invite à penser à l’infinité de choses que nous pourrions recycler intelligemment par nous-mêmes.

Avec ce type de packaging, les marques remplissent non seulement leurs obligations en termes de recyclage, mais elles offrent au client, sans surcoût, un (des) produit(s) complémentaire(s). Un dernier exemple : la boite à chaussures Clever Little Bag de Puma qui se transforme en sac à chaussure ou en sac tout court. On ne peut que saluer cette initiative de recyclage intelligent qui profite à tous et attendre que d’autres marques s’y mettent!

-

Qui ne s’est jamais demandé à quel point l’industrie de la mode était productrice de gaspillage ? En effet, si les saisons se succèdent et destinent irrémédiablement les collections précédentes au placard, le fast-retail et ses collections mensuelles voire bimensuelles est sans aucun doute à l’origine d’une accélération de l’obsolescence des gardes-robes, d’un besoin croissant de shopping pour certaines et d’une augmentation des prix pour un grand nombre de marques.

Heureusement, certains créateurs ont pris conscience de l’absurdité d’une destruction créatrice qui reposerait sur la rapidité des pièces à être démodées pour être remplacées par de nouvelles créations. On note notamment l’initiative de Kenzo et de Yves Saint Laurent qui ont opté pour la réalisation de collections « capsule » (Doll pour Kenzo et New Vintage pour YSL) . Ces vêtements résultent de la transformation et la réactualisation de fins de séries et de pièces vintage de la marque. L’intérêt de ces collections Cut & Sew, New Vintage ou encore Renewal Fashion, réside dans des coûts de production plus bas (et donc des prix plus bas également) et dans la seconde vie proposée aux vêtements invendus/démodés, Cela permet aux marques de ne pas ternir leur image avec la revente de fins de séries à des enseignes de discount ou bien le gaspillage pur et simple.

A quand un système de reprise de vêtements par les marques pour une réactualisation des coupes moyennant un léger coût supplémentaire ?

-

Enfin, comment ne pas parler de ce secteur incroyable et encore peu exploité qu’est celui du jeu-vidéo quand Deep Silver sort pour la promotion de son nouveau titre Dead Island une bande-annonce qui remet à leur place tous les slashers movies et autres films de zombies :

-

Image de prévisualisation YouTube

-

Si l’industrie du jeu-vidéo (la vraie, pas celle de la Wii Fit, des test de mémoire et autres réjouissances) est encore affublée d’une image peu flatteuse de divertissement pour geeks asociaux et ados boutonneux, ce genre de trailers pourrait bien changer la donne en redorant le blason du secteur (Déjà près de 3 000 000 de vues en une semaine sur Youtube).

Aujourd’hui, le jeu vidéo est de plus en plus brandé comme un produit cinématographique. En effet, bon nombre de titres s’approchent d’une sorte de film interactif dont le génie peut parfois rivaliser avec le 7ème art (on pense notamment à l’excellent Heavy Rain). La promotion se doit donc de sublimer un produit qui mérite plus que jamais une exposition conséquente.

En prenant plus au sérieux la diffusion des trailers et des publicités autour des nouveaux jeux, les développeurs ont réussi à capter une part plus large d’audience et d’adhésion dans un secteur où ce sont majoritairement les médias « testeurs » qui décident du succès d’un titre.

Et quand on voit des publicités comme celle pour Call Of Duty Black Ops (ci-après)… on en oublierait presque de lire le test avant de filer commander le jeu. A bon entendeur, salut!

Image de prévisualisation YouTube