Catégorie : Le mot à la bouche


Le Mot à la Bouche : TEAM


Au commencement étaient la Team Edward et la Team Jacob. A l’époque où on ne savait pas encore qui des deux bellâtres de Twilight allaient ravir le cœur de Bella, les fans se déchiraient. Qu’on soit dans le camp d’Edward ou Jacob, on portait fièrement ses couleurs, sous la marque Team [X]. Temporellement, nous étions en 2008, aux débuts du boom des réseaux sociaux et du microblogging. Des outils sur lesquels on aime déclarer ses allégeances, si possible de manière simple et rapide. Lire la suite »



Le Mot à la Bouche : GENS


C’est un mot bizarre, gens. On ne l’utilise quasiment qu’au pluriel, alors que son sens au singulier gagnerait à être réhabilité : c’est une famille multibranche basée sur un unique ancêtre dont le nom définit celui de la Gens. Par exemple, dans 50 ans, on pourra parler de la Gens Sarcosia, et ça incluera jusqu’aux arrière-petits-enfants de Cécilia. Mais trêve de rêves littéraires : gens restera certainement pluriel encore longtemps.

Lire la suite »



Le Mot à la Bouche : SWAG


L’anglicisme s’est répandu comme une trainée de poudre en 2011 : « T’as le swag ! » Pour comprendre ce qu’est le swag, il convient de revenir aux racines anglo-saxonnes du terme, c’est-à-dire à Shakespeare. Le verbe to swagger apparaît en 1590 dans Le Songe d’une nuit d’été et signifie « faire le fanfaron ». En gros. Lire la suite »



Le mot à la bouche : bref.


Un bref, à l’origine, c’est une lettre royale ou impériale officielle. Le mot apparaît pour la première fois au 16ème siècle, dans une (re-(re-(re-)))transcription de la chanson de Roland, qui narrait les aventures d’un guerrier velu et joueur de corne dans les Pyrénées. Puis il livrat le bastun e le bref, nous dit le TLFI. Tel le chant du cygne, celui qu’on chante juste avant de mourir.

Lire la suite »



LE MOT A LA BOUCHE : KABADDI


Arrêtons quelques instants d’être de purs esprits et parlons sport. Oui, car nous autres archivistes sommes également des athlètes, même si nous évoquons rarement cette passion. Dorian vous avait déjà fait découvrir de nouvelles disciplines « street-ghetto-luxe », je vais vous parler aujourd’hui d’un sport un peu plus mainstream et peut-être moins raffiné, mais inédit en France, le kabaddi.

Oui, voilà enfin un mot à la bouche exotique et encore très méconnu du grand public, tu vas donc pouvoir briller en société, cher lecteur, ça fera toujours bien à placer entre une critique du nouveau Justice et le débat sur la succession Raul/Fidel Castro à Cuba.

Lire la suite »



Le mot à la bouche : boîte


nataliedee.com




En guise de mot d’anniversaire, quoi de mieux que « boîte », puisque c’en est une qui nous sert de logo, de mantra, que dis-je, de philosophie de blogueurs ?

Boîte, n.f. : Contenant rigide en bois, carton, métal ou matière plastique, avec ou sans couvercle, dans lequel on met des objets ou des produits divers. Du latin populaire buxita, de buxis, dérivé du grec puksis, « buis ». (Le Petit Larousse)

Lire la suite »



Le mot à la bouche : Mominee


.

Cette année, et pour la première fois, les génitrices des nominé(e)s aux Oscars sont sollicitées par les producteurs du « biggest movie event of the year ». Baptisées les mominees (mot-valise pour mom+nominees), elles sont invitées à tweeter avant et pendant la cérémonie pour partager leurs émotions avec les fans de cinéma et leur faire vivre l’événement comme s’ils y étaient, puisque cette année le slogan est « you’re invited ». Elles ont également été encouragées à partager des anecdotes sur leur prodigieux enfants pour les rendre plus accessibles, « real people » quoi. De quoi faire des Oscars une véritable family affair, et peut-être booster l’audience de cette cérémonie devenue un peu ringarde et prévisible au fil des ans.

.

Lire la suite »



L’expression marketing de 2010 : Boutique Brand


Noël approche à grands pas (plus que 8 cases dans le petit calendrier de l’avent de la standardiste du bureau) et avec lui le plus gros marronnier de la presse, j’ai nommé : la série des TOP de l’année. Alors comme on est d’énormes fans des autres médias (la presse magazine hein, le reste…) on hésite pas a faire comme eux… Ouvrons le bal dès maintenant ! Voici donc l’expression marketing de l’année : boutique brand. Lire la suite »



Le mot à la bouche : esperluette


« L’esperluette est la clé de sol de notre écriture »

Ian Tschichold


Vous n’avez probablement jamais entendu ce mot alors même que vous tracez peut-être régulièrement ce qu’il désigne. L’esperluette est en effet le nom français de l’ « ampersand » anglais ou du « et commercial », ligature de la conjonction et : &.

Tiron, secrétaire de ce cher Cicéron et inventeur de la  sténographie, fut le premier à arrondir les angles du « et », en formant cette boucle un peu magique (que certains ont du mal à dessiner) dont le sens et l’usage devinrent vite universels. (C’est peu de dire que l’empire romain inventa la mondialisation.)

L’étymologie reste mystérieuse, et deux origines s’affrontent : latin vs. patois provençal, choisis ton camp. Le mot esperluette serait la contraction de l’expression latine et, per se, et (et, en soi et), ou bien  du patois es-per-lou-et signifiant « c’est pour le et ».

En France, l’esperluette a longtemps été considérée comme la 27ème lettre de l’alphabet, et jusqu’au XIXème siècle les élèves ânonnaient « ète » à la suite du Z. Cela ne l’empêchait pas d’être boudée par les littéraires puristes, et c’est donc dans les domaines du commerce et de la publicité que l’esperluette allait devenir une star. Dès la révolution industrielle, le &, qui rappelle le nœud qui ferme le paquet expédié par voie ferrée, est employé comme symbole du business. Il matérialise le lien économique entre des partenaires privilégiés ou des sociétés de production, qui unissent souvent d& Fils, ou d& Co. Pas étonnant que l’esperluette se soit transformée en symbole-logotype de marques à succès comme Saatchi&Saatchi (2 frères), Ernst&Young (cabinet né de la fusion de Ernst&Ernst et de Young&Co), Zadig&Voltaire (une étiquette littéraire juste pour l’esbrouffe), Amadou&Mariam (un mariage heureux), Dolce&Gabbana (griffe de 2 créateurs, l’un graphique, l’autre couture),  Abercrombie&Fitch (2 associés) , Pierres&Vacances (euh… le fondateur voulait probablement juste caser le mot vacances)…

Ou de l’art de dire qu’on & plusieurs, mais avec style.


« ARTICLES PRECEDENTS